Réduction mammaire ou hypertrophie mammaire

A qui s'adresse cette intervention

La réduction mammaire s’adresse aux patientes qui ont un volume de seins trop important et qui implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs du cou, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires).

Cette intervention est pratiquée chez la femme, à tout âge à partir de la fin de la croissance.

Quels sont les objectifs et principes de l'intervention

L’objectif d’une telle intervention chirurgicale a pour but la réduction du volume des seins, la correction de la ptose et d’une éventuelle asymétrie, afin d’obtenir deux seins harmonieux en eux mêmes et par rapport à la morphologie de la patiente.

L’intervention réalise l’ablation du tissu glandulaire en excès tout en gardant un volume de vos seins en harmonie avec votre silhouette et conforme à vos désirs.

Souvent ces cicatrices ont la forme d’un T inversé. La longueur de la cicatrice horizontale est proportionnelle à l’importance de l’hypertrophie et de la ptose.

Avant l'intervention

Un examen attentif de vos seins aura été réalisé par le chirurgien qui prendra en compte tous les paramètres qui font de chaque patiente un cas particulier (taille, poids, grossesses, allaitements, morphologie thoracique et mammaire, qualité de la peau, importance de la graisse et de la glande présente, musculature…).

En fonction de ce contexte anatomique, des préférences et habitudes de votre chirurgien et de vos désirs, une stratégie opératoire est convenue. Seront ainsi prédéterminés l'emplacement des cicatrices, le type et la taille des implants ainsi que leur positionnement par rapport au muscle.

Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.
Vous rencontrez votre médecin anesthésiste en consultation au plus tard 24 heures avant l’intervention.
Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.
En fonction du type d’anesthésie, on pourra vous demander de rester à jeun avant l’intervention.

L'intervention

Votre chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats.

Cette intervention laisse des cicatrices dont la longueur dépend de l'importance de l'hypertrophie et du degré de la ptose. Le plus souvent, cette cicatrice a la forme d'un « T » inversé.
Dans d'autres cas, sa forme est en « L » ou en « I ». Le rôle du chirurgien plasticien est bien entendu d'éviter toute cicatrice inutile. Ces cicatrices font l'objet de soins attentifs et d'une surveillance rigoureuse pour améliorer au mieux le potentiel cicatriciel propre à chaque patiente.

Le dessin est effectué avant l'intervention, sur une patiente debout, chez qui les mesures sont prises avec précision.
L'intervention permet de repositionner l'aréole ainsi que l'ensemble de la glande selon le repérage pré-opératoire.
Le volume glandulaire est diminué en fonction de chaque cas et le tissu retiré est systématiquement analysé en histologie.
La glande est reconcentrée pour obtenir une forme harmonieuse et la suture cutanée est réalisée avec des fils résorbables.
Un pansement en forme de soutien-gorge, légèrement compressif, est appliqué.
En fonction de l’importance de l’hypertrophie mammaire, l’intervention dure de deux à trois heures.

Après l’intervention

Les suites sont peu douloureuses en général, et des antalgiques sont prescrits de façon systématique.
Les fils utilisés, sont en général résorbables et il existe un oedème qui régresse en 2 ou 3 semaines.
Certaines précautions sont à conseiller, comme éviter des efforts importants, ou un sport trop physique pendant une quinzaine de jours.

Quels sont les resultats de l’intervention

Un délai de douze mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif.
Cette amélioration physique s’accompagne en règle générale d’un mieux être psychologique.
La poitrine a le plus souvent un galbe harmonieux, symétrique ou très proche de la symétrie, et naturel. Au-delà de l’amélioration locale, cette intervention a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique.

Il convient simplement d’avoir la patience d’attendre le délai nécessaire à l’atténuation des cicatrices et d’observer pendant cette période une bonne surveillance.

Quelles sont les complications possibles

Comme toute intervention chirurgicale, la correction de l'hypertrophie mammaire peut avoir quelques rares complications tel que : infection, hématome ou une complication anesthésique.
Dans les cas d'hypertrophies mammaires avec ptose importante, il peut exister des problèmes cicatriciels (nécrose cutanée) au niveau de l'aréole.

Ce risque doit être réduit le plus possible par un choix adapté de la technique. En effet, l'importance de la ptose peut conduire à une modification technique pour assurer une meilleure sécurité vasculaire de l'aréole.

Il convient également de surveiller l'évolution cicatricielle et d'assurer au mieux les conseils post-opératoires pour réduire le risque de cicatrice hypertrophique ou chéloïdienne.
Il existe fréquemment des troubles de la sensibilité au niveau de l'aréole, liés au geste chirurgical et aux cicatrices.

Ces modifications de la sensibilité s'améliorent souvent au bout de quelques mois.

Quelles sont les opérations simultanées possibles

Une réduction mammaire peut être associée, si nécessaire, à d’autres gestes complémentaires au niveau du visage ou de la silhouette. Certaines opérations peuvent parfois être réalisées dans le même temps opératoire.

De retour chez vous

Pour conserver le plus longtemps possible un galbe harmonieux, symétrique et naturel, il convient de conseiller le port d'un soutien-gorge nuit et jour au début (deux à trois mois) puis, uniquement le jour.

Les cicatrices sont surveillées et font l'objet de soins intensifs et personnalisés. Il convient en particulier d'éviter une exposition au soleil des cicatrices pendant un an.

Les techniques chirurgicales respectent la physiologie et la fonction du sein. De ce fait, une grossesse et un allaitement sont possibles. Ils sont cependant, déconseillés car la grossesse modifie de nouveau la poitrine et compromet le résultat obtenu.

C'est pour cette raison qu'il y a lieu de conseiller chaque fois que cela est possible, ce type d'opération au terme des grossesses désirées.

Il est impératif d’effectuer auprès de votre médecin traitant des visites de contrôles régulières pour suivre l'évolution, la cicatrisation, et donner les conseils les mieux adaptés.