A qui s'adresse cette intervention

L’augmentation mammaire s’adresse aux patientes qui souhaitent accroître le volume de leur poitrine jugée trop petite grâce à l'implantation de prothèses.
Elle est notamment réalisée suite à un développement insuffisant de la glande à la puberté, à la perte du volume glandulaire (grossesse, amaigrissement, perturbations hormonales…) ou une ptôse (poitrine « tombante » avec affaissement de la glande.

Cette intervention est pratiquée chez la femme, à tout âge à partir de 18 ans.

Quels sont les objectifs et principes de l'intervention

Ce volume de seins insuffisamment est souvent mal acceptée physiquement et psychologiquement par la patiente qui le vit comme une atteinte à sa féminité, avec pour corollaire une altération de la confiance en soi et un mal-être, parfois profond, pouvant aller jusqu'au véritable complexe.

C'est pourquoi, l'intervention se propose d'accroître le volume d'une poitrine jugée trop petite grâce à l'implantation de prothèses.

L’objectif d’une telle intervention est d’améliorer votre apparence et vous donner confiance mais elle ne va pas nécessairement vous transformer ou faire en sorte que votre entourage vous traite différemment.

Avant l'intervention

Un examen attentif de vos seins aura été réalisé par le chirurgien qui prendra en compte tous les paramètres qui font de chaque patiente un cas particulier (taille, poids, grossesses, allaitements, morphologie thoracique et mammaire, qualité de la peau, importance de la graisse et de la glande présente, musculature…).

En fonction de ce contexte anatomique, des préférences et habitudes de votre chirurgien et de vos désirs, une stratégie opératoire est convenue. Seront ainsi prédéterminés l'emplacement des cicatrices, le type et la taille des implants ainsi que leur positionnement par rapport au muscle

Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.

Vous rencontrez votre médecin anesthésiste en consultation au plus tard 24 heures avant l’intervention.

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

En fonction du type d’anesthésie, on pourra vous demander de rester à jeun avant l’intervention.

L'intervention

Votre chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats.

La cicatrice, toujours petite, peut être située sous l'aréole à la jonction de la zone pigmentée ou sous le mamelon. Elle peut se situer dans le creux axillaire (sous le bras).
Dans tous les cas, les cicatrices sont évolutives et restent en général discrètes à distance de l'intervention. Des conseils très précis sont donnés pour minimiser l'aspect de la cicatrice.
Le choix des cicatrices est fonction de chaque cas particulier et est expliqué pendant la consultation.

La mise en place de la prothèse mammaire est effectuée à partir de la petite incision.
L'implant peut être situé devant le muscle pectoral, ou derrière ce même muscle. Ce choix dépend de la morphologie de la patiente, du volume de la glande initiale, et du volume définitif désiré, ainsi que la nature de la prothèse. La fermeture cutanée est faite avec des fils résorbables.

Un pansement en forme de soutien gorge, légèrement compressif et moulant est appliqué.

En fonction de la voie d'abord et de la nécessité éventuelle de gestes complémentaires associés, l’intervention dure de une à trois heures.

Après l’intervention

Les suites opératoires sont peu douloureuses en général, et des antalgiques sont prescrits de façon systématique.
Les fils utilisés, sont en général résorbables et il existe un oedème qui régresse en 2 ou 3 semaines.
Certaines précautions comme éviter des efforts importants, ou un sport trop physique pendant une quinzaine de jours sont de rigueur.

Quels sont les resultats de l’intervention

Un délai de deux à trois mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif. C'est le temps nécessaire pour que les seins aient retrouvé toute leur souplesse et que les prothèses se soient stabilisées.

Les cicatrices ne commenceront à s'atténuer qu'après le 6e mois, pour n'atteindre leur aspect définitif qu'après 1 à 2 ans.

L'intervention aura permis une amélioration du volume et de la forme de la poitrine. Les cicatrices sont habituellement très discrètes. Le gain de volume mammaire a une répercussion sur la silhouette globale, permettant une plus grande liberté vestimentaire. Au-delà de ces améliorations physiques, le recouvrement d'une féminité pleine et entière a souvent un effet très bénéfique sur le plan psychologique.

Quelles sont les complications possibles

Comme toute intervention chirurgicale, la correction de la hypoplasie mammaire peut avoir des complications générales tel que : hématome, infection, ou complication anesthésique. Ces complications sont rares.

En fait, le principal inconvénient est la survenue possible d'une induration autour de la prothèse (coque) qui est une forme de réaction excessive de l'organisme par rapport à l'implant. La survenue d'une coque est relativement rare. Elle n'est en aucun cas grave, mais elle est parfois douloureuse. Elle peut "disparaître ou s'atténuer" sous l'effet de "massages appuyés" ou parfois nécessiter une reprise chirurgicale.

Les coques qui peuvent apparaître à distance de l'intervention sont une réaction de votre organisme. Elles semblent moins fréquentes depuis la fabrication des nouvelles prothèses.

Il peut arriver également que la prothèse perde du volume (dégonflement) ce qui nécessite une reprise chirurgicale. Cette complication qui survient avec des prothèses remplies de sérum physiologique ne comporte, du fait même de la nature du liquide (eau), aucune gravité particulière.

Quelles sont les opérations simultanées possibles

Une augmentation mammaire peut être associée, si nécessaire, à d’autres gestes complémentaires au niveau du visage ou

de la silhouette. Un lifting des seins lorsque l'hypotrophie mammaire est associée à une ptôse peut être réalisée dans le même temps opératoire.

De retour chez vous

Les cicatrices sont particulièrement surveillées et font l'objet de soins attentifs et personnalisés. Elles deviennent de ce fait plus discrètes.
Des contrôles réguliers permettent de dépister une éventuelle « intolérance », réaction de l'organisme, où de la prothèse, qu'il convient de surveiller et qui peut se traduire par une modification de forme ou de consistance de sein.

Des grossesses ultérieures sont bien entendu possibles.

Les seins opérés, évoluent normalement dans le temps et notamment en fonction du cycle hormonal et d'éventuelles variations de poids. Le traitement de l'hypoplasie mammaire est donc efficace et dure plusieurs années.
Seules sont à craindre et à dépister une modification de consistance où de forme due à une réaction de l'organisme par rapport à l'implant.

Il est impératif d’effectuer auprès de votre médecin traitant des visites de contrôles régulières pour suivre l'évolution, la cicatrisation, et donner les conseils les mieux adaptés.